Le Périgord (la Dordogne)

Le Périgord (Peiregòrd ou Perigòrd en langue Occitane, peirigord en dialecte périgourdin), est le nom du comté qui recouvrait l’actuel département de la Dordogne, dans la région Aquitaine-Poitou-Charentes.

Le département de la Dordogne est essentiellement rural et très marqué par un large patrimoine culturel, archéologique et historique.

L’histoire du Périgord

Lascaux2
Le nom « Périgord » vient du peuple gaulois des Pétrocores, Petrocorii en gaulois, ce qui veut dire (le Peuple des) « Quatre armées » mais son histoire remonte à la nuit des temps.

Le Paléolithique – durant cette période glaciaire, caractérisée en Périgord par la présence de rennes et de mammouths dont on retrouve les traces sur les peintures et gravures de nombreuses grottes célèbres dans la région (Rouffignac, Lascaux, etc…), les hommes préhistoriques, chasseurs, vivent aux pieds des falaises calcaires dont beaucoup de traces sont visibles dans les grottes et abris sous roche des vallées de la Vézère et de la Dordogne.

Certaines de ces traces on plus de 400’000 ans…

Le Néolithique – cette période (3’000 ans avant JC) se caractérise par la sédentarisation de l’homme et par le développement de l’agriculture avec l’apparition du travail des métaux (cuivre, bronze, fer).Dordogne_2-(1)

L’antiquité – se caractérise par la naissance du territoire des Celtes petrocorii qui, après la guerre des Gaules, devient l’une des cités de la province romaine d’Aquitaine dont le chef-lieu est Vesunna (Vesonne / Périgueux). Vesunna se dote alors d’équipements importants d’infrastructure urbaine (aqueducs, amphithéâtres, etc…) dont certains vestiges sont encore présents dans l’enceinte de l’actuelle ville de Périgueux.

Du Moyen Age à la révolution – érigé en comté au VIIIe siècle, le premier comte nommé par Charlemagne fut Wildbade en 778. Au XIIe siècle, le Périgord tombe sous la dépendance du duché d’Aquitaine et passe avec lui sous la dépendance du roi d’Angleterre, à la suite du mariage d’Aliénor d’Aquitaine avec le roi Henri II Plantagenet (1152).

En 1398, le roi de France dépossède le comte de Périgord de son fief, qui échoit successivement à la maison d’Orléans, à celle de Penthièvre et à celle d’Albret, avant d’être incorporé au domaine royal par Henri IV (1607). En 1790 est créé le département de la Dordogne dans des limites correspondant quasiment à l’ancien Périgord.

cfa49c5668fc19fbeca16f8b436601cb

 

Châteaux et bastides du Périgord

Il y a en Périgord plus de 1000 châteaux, manoirs, chartreuses et gentilhommières. La construction de ces châteaux s’est tendu du XIe siècle à la révolution, permettant une juxtaposition de divers courants architecturaux.

Les bastides

créées aux XIIIe et XIVe siècles et localisées dans le sud-ouest du département témoignent de l’affrontement entre le roi d’Angleterre et le comte de Toulouse (dont les bastides furent édifiées dans l’agenais). La caractéristique majeure de la bastide est son plan géométrique articule autour de la place du marché (Monpazier)

Topologie du Périgord

PerigordS

Les anciennes sous-régions naturelles du Périgord et les quatre grandes baronnies qui y correspondirent en partie se retrouvent aujourd’hui sous les noms modernes de Périgord vert, blanc, noir et pourpre.

Au nord, le Périgord vert (autour de Nontron), dont la couleur est associée à celle des forêts de chênes clairs et de châtaigniers qui s’y trouvent ainsi que des prairies. Géologiquement, c’est la partie granitique de la Dordogne, qui appartient au Massif central.

Au centre et nord-ouest, le Périgord blanc (autour de Ribérac et Périgueux), dont le nom rappelle la couleur du sol calcaire de cette région. Les grands champs de céréales lui ont donné le surnom de grenier du Périgord.

Au sud-est, le Périgord noir (autour de Sarlat-la-Canéda), historiquement la plus ancienne appellation des quatre, le noir désigne les forêts de chênes dits verts mais en réalité très sombres.

Au sud-ouest, le Périgord pourpre (autour de Bergerac), cette appellation est la plus récente (1970). Elle est due à l’expansion du tourisme, le pourpre rappelant la couleur des feuilles de vigne à l’automne. Autrefois le Bergeracois faisait partie du Périgord blanc…

Vignoble et truffe noire du Périgord

Vignoble

vignoble de Monbazillac

Vignoble de Monbazillac

Le vignoble de Bergerac est le deuxième d’Aquitaine par sa taille. Voisin de Bordeaux dont il faisait initialement partie, il est le fruit d’une tradition ancestrale produisant d’excellents vins produits sur près de 13000 hectares.
La topologie complexe de la région de Bergerac offre une extrême diversité exprimée par 13 Appellations d’Origine Contrôlée (AOC) dont les incontournables Côtes de Bergerac, Pécharmant, Rosette, Monbazillac, Saussignac, Montravel… chacun issu de terroirs bien délimités répondant à des conditions d’élaboration très précises.
Les principaux cépages qui composent le vignoble sont le merlot, le cabernet-sauvignon, le cabernet-franc pour les rouges et le sauvignon, le sémillon et la muscadelle pour les blancs.

Chateau de Tiregand

Chateau de Tiregand

Chateau de La Jaubertie

Chateau de La Jaubertie

Les coups de cœur de Montastruc

En Pécharmant, le château de Tiregand chez les héritiers de la Comtesse de Saint-Exupery (24100 Creysse)
http://www.chateau-de-tiregand.com

Le château Terre Vieille chez Gérôme et Dolorès Morand-Monteil (24520 Saint-Sauveur-de-Bergerac)
http://www.terrevieille.com

Chateau Belingard

Chateau Belingard

Château Terrevieille

Château Terre Vieille

En Monbazillac et Côtes de Bergerac le château Belingard chez Laurent et Sylvie de Bosredon (24240 Pomport)
http://www.chateaubelingard.com

Le château de La Jaubertie chez Hugh et Anne Ryman (24560 Colombier)
http://www.chateau-jaubertie.com

Chez chacun de ses propriétaires, nos hôtes peuvent se recommander de Montastruc et recevront le meilleur accueil !

 

 

Le vignoble de Bergerac

Le vignoble de Bergerac

 

Truffe noire du Périgord

Truffe noire du PerigordLes Truffes noires du Périgord et de nombreux produits dérivés du canard et de l’oie ainsi que les champignons d’automne se marient au vignoble de Bergerac en une gastronomie unique en France.
L’une des variétés plus savoureuses de truffe au monde est la « tuber melanosa melanosporum » dite truffe du Périgord.
Célèbre depuis l’antiquité tant pour parfumer les mets les plus fins que pour ses qualités thérapeutiques, la truffe noire du Périgord offre un parfum inoubliable de très grande puissance, mêlant odeurs de sous-bois, de terre et d’humus, complétés de fruits secs torréfiés.
Le château de Montastruc est à une vingtaine de minutes de la commune de Sainte-Alvère dont le marché aux truffes est en hiver l’un des centre mondiaux d’achat et d’établissement des cours de la melanosa melanosporum. www.sainte-alvere.com